Comment sont calculées les commissions d’intervention ?

Les commissions d’interventions sont des frais d’incident bancaire qui le plus souvent sont facturés pour un paiement à découvert non autorisées. Cela concerne généralement les transactions par carte bancaire, ainsi que les virements, les prélèvements et les chèques. Encore appelées frais de forçage, les banques réalisent d’importants profits grâce à ces commissions. Comment sont-elles calculées ?

Les frais de commissions d’intervention plafonnée par la loi : comment faire le calcul.

Pour garantir la transparence des activités bancaires, la loi n° 2013-672 du 26 juillet 2013, à compter du 1er janvier 2014 a été institué. Cela définit le plafond des commissions d’intervention.

A lire aussi : Maîtrisez vos finances au quotidien grâce à ces astuces efficaces

Voici un tableau récapitulatif des frais de commissions d’intervention que la loi a encadrée.

Plafond imposer par la loi Par opération Total par mois
Situation générale 8 80
Situation fragile 4 20

 

A lire en complément : Comment ouvrir un compte sans RIB ?

Cette règlementation apporte aux consommateurs une justification économique dans toutes les opérations bancaires avec découvert aggravé.

Dans le cas pratique, les frais de commission ne se calculent pas comme les intérêts. C’est plutôt une majoration que la banque applique sur un paiement à découvert non autorisé. Par exemple, pour une opération de paiement irrégulière d’un montant de 1000 € sur votre carte bancaire, la banque peut facturer 8 €. Si cela se répète 10 fois ou plus dans le mois, votre facture sera majorée de 80 €. Ainsi, à la fin du mois, la banque débitera 80 € sur votre compte courant.

Pour les personnes à faible capacité financière, la loi prévoit leurs plafonds mensuels à 20 €. Cela leur permet de restreindre leurs situations d’endettement, afin qu’ils assurent au plus vite le recouvrement. Ainsi, la banque leur facture une commission d’intervention au plus bas, soit 4 € par paiement ou transaction irrégulière.

Pour être plus explicite, le calcul des commissions d’intervention qu’effectuent les banques est différent de celle de l’agio. Ce dernier est un intérêt que perçoit la banque sur tous comptes à découvert, dont le taux est le TEAG (Taux Annuel Effectif Global). De préférence, les commissions d’intervention ne sont sujettes d’aucun taux, mais d’augmentation d’un plafond autorisé par la loi sur un montant bien défini.

Frais de commission d’intervention autrement calculée dans certaines banques.

Les banques justifient la commission d’intervention, par un moyen de couvrir les charges de maintenance des détections d’irrégularités des comptes. Toutefois, cela représente pour eux, une source de profit et de rentabilité. Cependant, certaines banques n’appliquent pas le plafond de commission d’intervention définie par la loi.

Aucune banque ne peut dépasser le plafond. En cas d’erreur, vous pouvez sans doute réclamer la surfacturation. Néanmoins, les banques sont libres de faire baisser ou annuler carrément ce montant. C’est pour eux, une stratégie concurrentielle.

Comment contester des commissions d’intervention abusives ?

Si vous constatez la facturation de commissions d’intervention abusives, vous devez, deux mois après l’envoi du courrier, saisir le médiateur bancaire. Celui-ci aura pour mission de trouver une solution amiable et équitable entre les parties.

En cas d’échec devant le médiateur, vous pouvez toujours engager des poursuites judiciaires contre votre banque afin d’obtenir gain de cause. Notez toutefois que cette option peut s’avérer longue et coûteuse.

Il faut donc être vigilant quant aux conditions tarifaires proposées par sa banque et surveiller régulièrement ses comptabilités pour éviter toute surfacturation abusive. Il est aussi recommandé de bien négocier son découvert autorisé lorsqu’on souscrit un contrat avec sa banque afin d’éviter autant que possible l’apparition des commissions d’intervention sur son compte.

Malgré leur caractère légal, les commissions d’intervention peuvent représenter une charge significative pour les clients des établissements financiers qui se voient souvent facturer des frais excessifs. Vous devez bien vérifier les conditions tarifaires de votre banque et agir en conséquence pour limiter autant que possible ces frais supplémentaires.

Les alternatives aux commissions d’intervention : comment éviter ces frais bancaires ?

Face aux commissions d’intervention, il existe des alternatives pour éviter ces frais bancaires. La première solution consiste à souscrire à un service de gestion budgétaire. Cette option permet aux clients de la banque de bénéficier d’un accompagnement personnalisé pour gérer leur budget et ainsi éviter les découverts. La deuxième alternative est liée au découvert autorisé. Pensez à bien négocier avec votre banque un découvert autorisé adapté à vos besoins afin d’éviter autant que possible l’apparition des commissions d’intervention sur votre compte. Une autre solution peut être l’utilisation des applications mobiles. Ces dernières peuvent aider les clients à mieux suivre leur comptabilité et donc anticiper les dépenses inattendues qui pourraient entraîner une situation de découvert. Si vous êtes régulièrement confronté(e) aux difficultés financières, vous pouvez envisager le recours à un organisme spécialisé dans l’accompagnement financier. Ces structures peuvent offrir des solutions telles qu’une consolidation ou encore une renégociation de crédits. Face aux commissions d’intervention souvent jugées excessives par les consommateurs, pensez à bien vous tourner vers différentes options proposées par les établissements financiers afin d’éviter tout désagrément financier. Des démarcheurs indépendants comme Credifina 50 aident aussi leurs interlocuteurs dans cette quête.